CIRDoMoC
Centre International de Recherche et de Documentation sur le Monachisme Celtique

Categories

Accueil du site > Publications > Britannia Monastica > BM 5 > Textes P, M et C

26 août 2004
André-Yves Bourgès

Textes P, M et C

[p. 55] 1a

Lect. Ia : Cum in exordio christiane fidei apostolica doctrina per orbem terrarum in omnibus ubicumque gentibus diffunderetur, juxta dominicam vocem quando ad extremum diem Ascensionis sue cum discipulis suis manducavit et bibit, precipiens eis predicare evangelium omni creature, id est omni homini et omnibus gentibus, baptizare omnes in nomine Patris et Filii et Spiritus Sancti ut quicumque crederent et baptizati fuissent salvarentur, qui vero non crederent condempnarentur [1], Gracias Deo omnipotenti, ad fidem gentilitas et ad credulitatem Domini Jhesu Christi est conversa. Multi quoque credentes, precepta apostolica sequentes secularibusque negociis abrenunciantes, pompatica et mundana relinquentes, specialiter Deo adherentes, variis virtutum effulsere miraculis ovantes.

1b

Lect. IIa : Sicut quondam antiqua didicimus relatione fuit vir christianissimus, Johannes [2] nomine, nobili ortus Britannorum genere, quem Dominus de ultra marinis partibus , ductu angelico, in Cornubiam disposuit transmeare. Qui postea principatum ipsius gentis, armatus fide, prolixo in tempore nobiliter ac salubriter videbatur tenere. Et expletis annis vite sue, regnavit Daniel [3] filius ejus pro eo. Mortuo quoque Daniele, Fortunatus [4] filius ejus successit in regno. Et genuit duos filios, nomen uni Melianus et nomen alteri Rivodus [5]. Post quem filius ejus Melianus nomine ducatum quoque suscepit Cornubie. Et accepit uxorem nomine Aurillam [6] de patria que vocatur Domnonia [7], Ninoci [8] scilicet illustrissimi comitis filiam qui, ut supradictum est, Dei precedente gracia, cum honore in ipsa quoque advenit patria. Genuitque ex ea filium nomine Melorium cujus in fine hujus libelli vita et actus nobiliter invenitur [9].

[p. 56] Lect. IIIa : Pollebat [10]namque insignis nobilitate sapiencie redimitus, consiliis humanis et spiritualibus vallatus. Erat quoque in elemosinis largus, in jejuniis frequens, in vigiliis pernox, in orationibus assiduus, in tantum ut per septem annorum spacia tradito sibi a Deo regno tanta fertilitas fuit sine pluvia ut arene maris coequarentur [11]. Nec inmerito quia justicia regnabat in terra et propter justi principis merita exultabat Domini gracia, qui in misericordia sua cunctis commanentibus in regno necessaria prebebat alimenta. Nec mirum si hoc tantum vir Dei fide optinuit, qui nichil ex ea juxta preceptum Magistri dubitavit, qui promisit discipulis suis dicens : « si habueritis fidem ut granum sinapis et non hesitaveritis, quicquid pecieritis sine dubitatione possedibitis » [12]. Sed, prodolor ! diabolica discurrente nefaria fraude, sicuti de justo Abel legitur qui occubuit a Cain fratre, iniqua interemptus cede, ita illustrissimus vir genitor beati Melorii, regnans septimo anno ducatus sui cum habundancia et pace ; dum consilium fuit primatum ad bene considerandum in patria congregatum Cornubie, insurrexit contra illum crudelissimus frater ejus Rivodus [13] et turpissima interfecit morte.

1c

Lect. IVa  : Qui post mortem fratris invasit pro illo regnum, quesivit nepotem suum, videlicet Melorium quem sanctissimus pater parvulum in etate reliquerat septem annorum, et perrexit in patriam Cornubie in loco qui vocabatur Gorbroidus [14], ubi convenerunt episcopi et clerici atque laici quamplurimi ; habuitque cum eis consilium de innocentis morte, ut sicut fecerat de patre ita in filio dimitterent eum explere. Sed tantummodo illi qui aderant timentes Deum petierunt dimittere eum vivum. Et cum tirannus non posset explere in sancto Dei Melorio quod cupiebat, infremuit et jussit dexteram abscidere ejus manum pedemque sinistrum. Tunc postea a religiosis viris in monasterio sancti Courentini [15] in patria Cornubie honorifice susceptus ; ibique ei facta est argentea manus, pes quoque eneus. Et proficiebat de die in diem, facundie multum honestissime deditus [16]. Erat quoque in adversis constans, in dubiis fidus, in prosperis modestus, in contubernio humilis et nullo modo a Deo recedebat, sed pocius omnes cogitationes suas omnemque vitam et omne consilium in illum conferebat. Declarabat namque in officio lingue quod gestabat in nomine. Nomen vero ejus sonat pulchre, quasi deductum sit a [p. 57] melle et ore. Quid plura ? Teneros studebat annos morum maturitate semper vincere et benivolencia cordis et caritatis melle condire [17].

1d

Lect. Va : Factum est autem dum beatissimus digne Deo Melorius et laudabiliter in ipsis puerilibus annis a nutritore suo ac bajulo [18] aleretur nomine Cerialtavo et educaretur, contigit magnitudinis Dei miraculum quod preterire silencio videtur indignum. Nam quodam estuali tempore, sicut est naturale producere arboribus queque poma frugiferis et maturescere, horis meridianis sollempni die exeuntes supradicti nutritoris famuli in silvam et per commodos detulerunt lucos multiplices secum nuces edulio habiles et fecit unusquisque suam maxam ; presentaveruntque eas puero Melorio sicuti domino suo [19]. Qui hylari vultu sibi depor[ta]tas suscipiens nuces collegit eas de manu argentea ; cepitque manus illius mirum in modum quasi reflexus habere carneos, dictuque mirabili et visu, cepit extendere et reducere quasi ossibus et nervis nativam venis sanguine atque compactam pelle. Tunc vero, sicut a fidelibus est relatum, accipiens de nucibus sibi delatis vas plenum, jactavit eas per terebri foramen apertum in [20] hostii repagulum. Quod multi cernentes, aliqui ridicula quorum mens erat insana et plurimi convenientes pre gaudio exultantes non cessavere hymnidica Domino Jhesu Christo referre preconia, qui tam mirabiliter operari videbatur in suo puerulo, postmodum sibi martyre videlicet precioso.

1e

Lect.VIa : Nec etiam reticere lingua fatetur nostra quod non longo post in sua egit infancia. Cepit namque in se mirari divinitatis Dei omnipotentiam qui prope est omnibus [p. 58] invocantibus se in veritate [21] et consideravit hujus rei miraculum ; flexis tandem genibus in oratione diu longeque perorans sibi presentaneam sensit divinam adesse clemenciam. Accepta denique puerilita[ti]s framea que vulgo vocatur petraria [22], jactavit eam quasi stadio et amplius dimidio et super petram infixit durissimam. Subsequens vero ictum jaculantis dextere et retrahendo petrariam de durissimo silicum saxo deifica virtute de silice aque egresse sunt la[r]gissime [23] ; et usque in hodiernum diem fons emanavit nimis ab illo et ebulire cernitur loco ipsiusque terre amplitudinem necessariis discursibus irrigare.

1f

Hoc vero miraculo deifice virtutis opere patrato, cepit excrescere ejus opinio cotidie magis ac magis in Dei nomine. Tunc iniquissimus ejus patruelis Rivodus, audiens famam et virtutes per illum quas operabatur Dominus Jhesus Christus, Cerialtavum invitavit nutritorem suum habuitque cum eo colloquium et dixit ei : « si alumnum tuum occideris Melorium, divicias habebis quamplurimas mecum, faciamque te tam de pecoribus quam de terris ditissimum ; et quodcumque desuper Coci montem videris dabo tibi » [24].

Lect.VIIa : Cum autem audisset hoc, crudelissimus Cerialtavus venit ad domum suam cupiditate succensus [25] et narravit uxori sue que et quanta ille tyrannus [pro]misisset. At illa dixit ad eum : « vade, confirma contra eum consilium tuum ». Qui statim perrexit et cum sevissimo tyranno pessimo de morte sancti viri consilium per unam ebdomadam tractavit. Tunc ejus nutrix celeriter cum eo fugit usque in Domnoniam, in pago Castelli, in castellum quod vocatur Boxidus ubi erat amita vel matertera illius filia Fortunati cum Commoro comite ; ibique ab eo et a conjuge sive a familia cum honore [26] est susceptus letatusque est in adventu et obviatione illius, et cum gaudio dixit ad eum : « dabo tibi pagum castri ubi sum usque sis vir magnus ad nutriendum te ». Post hec exivit ejus opinio per totam patriam et cognovit impius [p. 59] Rivodus quia ibi esset, misitque post illum nutritorem suum dicens : « vade post alumnum et caput ejus refer mihi, et implebo tibi omnia que promisi ».

Lect. VIIIa : Tunc improbus Cerialtavus cum filio suo Justano cupiditate deceptus venit in castro ubi erat sanctus Melorius ; et in aspectu illius gavisus est valde elegitque in illa nocte cum illis in uno lecto dormire cum magna fide et pio amore. Sentiens ergo nutrix ejus timebat que ventura erant et cum illis non dimisit illum in nocte prima nec in secunda. In nocte vero tercia, currens quasi agnus mansuetus, peciit ab ea ut dimitteret illum cum illis dormire puro corde et sincera caritate. Ut vidit nutrix ejus namque voluntatem complexam, osculans illum benedixit dicens : « quod vult Deus fiat de te ; vade in nomine Sancte Trinitatis ». Cum autem appropinquaret tempus dormitionis, elegit gloriosus innocens in illa nocte lectum suum inter Cerialtavum et filium suum Justanum. Qui suscipientes eum cum dolo, jugulaverunt eum per noctis silentium et caput ejus absciderunt. Tum vero Justanus, vir sanguineus pollutis manibus, arripiens sacrum caput secum volens per murum furtim egredi, Deo permittente fractis cecidit cervicibus et expiravit [27].

Traduction

1a

Au commencement de la foi chrétienne, comme la doctrine apostolique se répandait partout à la surface de la Terre et dans toutes les nations, conformément à la voix du Seigneur, Lequel, alors qu’Il mangeait et buvait avec ses disciples le jour de son Ascension, leur avait enjoint d’annoncer l’Evangile à toutes les créatures, c’est à dire à tous les hommes et à toutes les nations, et de les baptiser tous au Nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, afin que ceux qui croiraient et auraient été baptisés fussent sauvés et que ceux qui ne croiraient pas fussent condamnés — Grâces à Dieu tout puissant ! — les païens furent convertis à la foi et à la croyance en [Notre] Seigneur Jésus Christ. Et beaucoup de ces croyants, observant les préceptes apostoliques et renonçant aux affaires du siècle, délaissant les pompes et les mondanités, s’attachant exclusivement à Dieu, ont brillé dans leur triomphe par les miracles variés de leurs vertus.

1b

Comme nous l’avons appris autrefois d’un vieux récit il y eut parmi les Bretons un homme très chrétien, nommé Jean, de noble famille, à qui Dieu permit de passer des pays d’outre-mer [p. 60] en Cornouaille [armoricaine] sous la conduite d’un ange. Armé par sa foi, il exerça ensuite pendant une assez longue période, et de façon noble et utile, le principat de cette nation. Et, ayant achevé le cours de sa vie, régna à sa place Daniel, son fils. Puis après la mort de Daniel, son fils Fortunat lui succéda au pouvoir ; il engendra deux fils, l’un nommé Meliau et l’autre Rivod. Après lui, son fils nommé Meliau assura la conduite de la Cornouaille. Et il prit pour femme une nommée Aurille, originaire du pays de Domnonée, fille de l’illustre comte *Winoc [28] lequel, comme il est dit plus haut, touché par la grâce divine, était venu lui aussi avec honneur [s’installer] dans ce pays. Il [= Meliau] engendra d’elle un fils nommé Melar duquel on trouve remarquablement [rapportés] la vie et les gestes à la fin de ce ’livret’.

Et en effet il [= Meliau] régnait, couronné de noblesse, remarquable de sagesse, protégé par le rempart de conseils humains et spirituels. Il était également large en aumônes, il jeûnait fréquemment, il passait la nuit en veilles, il priait assidûment, tant et si bien que pendant l’espace de sept années que le royaume lui fut confié par Dieu, il y eut, sans qu’il pleuve, une abondance comparable au sable de la mer. C’était là chose méritée parce que la justice régnait sur terre ; et du fait des mérites de ce juste prince se multipliait la grâce du Seigneur, Lequel dans Sa miséricorde fournissait les aliments nécessaires à tous ceux qui demeuraient dans le royaume. Il n’est pas étonnant que l’homme de Dieu obtînt tout cela par sa Foi, lui qui ne doutait d’elle en rien, suivant le précepte du Maître qui a dit en promesse à Ses disciples : « si vous avez la Foi gros comme un grain de sénevé et si vous n’hésitez pas, alors ce que vous demanderez par la prière et sans douter, vous l’obtiendrez ». Mais hélas, la fourberie criminelle du diable s’y introduisant, nous lisons que le juste Abel succomba du fait de son frère Caïn victime d’un meurtre inique, de même l’illustrissime géniteur du bienheureux Melar dans la septième année de son règne d’abondance et de paix. Tandis qu’était assemblé le conseil des primats pour prendre de bonnes décisions à propos du pays de Cornouaille, s’insurgea contre lui [= Meliau] son frère très cruel Rivod qui le tua d’une mort très honteuse.

1c

Lequel [= Rivod] après la mort de son frère, à sa place usurpa le royaume et chercha à retrouver son neveu — c’est à dire Melar que son père très saint laissait à l’âge tendre de sept ans — et se rendit en Cornouaille, à l’endroit qu’on appelle Gorbroidus où se réunirent les évêques, les clercs et de nombreux laïcs. Il tint avec eux conseil relativement à la mort de [p. 61] l’innocent, pour qu’ils lui permissent d’en terminer avec le fils comme il l’avait fait avec le père. Toutefois ceux qui étaient présents, craignant Dieu, supplièrent qu’il le laissât vivant. Et comme le tyran ne pouvait accomplir ce qu’il désirait faire à l’égard du saint de Dieu Melar, il frémit et ordonna qu’on lui coupe la main droite et le pied gauche. Après quoi, reçu avec honneur par les religieux du monastère de saint Corentin en Cornouaille, on lui [= Melar] fabriqua en ce lieu une main d’argent et un pied d’airain. Et il faisait là des progrès de jour en jour, adonné à l’éloquence avec une extrême distinction. Et il était également ferme dans l’adversité, solide dans les dangers, modeste dans la réussite, humble en compagnie, et ne s’éloignait de Dieu en aucune manière, mais plutôt rapportait à Lui toutes ses pensées, toute sa vie et son avis sur toute chose. Il manifestait ainsi par la parole ce qu’il portait dans son nom. Car son nom sonne bellement puisqu’il est pour ainsi dire venu de miel et de bouche. Quoi de plus ? Il s’appliquait à toujours vaincre les années tendres par la maturité des moeurs et à les assaisonner avec la bienveillance du coeur et le miel de la charité.

1d

Il arriva donc, alors que le très bienheureux Melar, servant Dieu dignement, était élevé et éduqué honorablement durant ses années d’enfance par son ’nourricier’ et ’gouverneur’ [29] nommé Kerialtan, que se produisit un miracle de la grandeur du Dieu sur lequel il est indigne de garder le silence. En effet, en été où il est naturel que les arbres fruitiers produisent et fassent mûrir leurs fruits, un jour de fête à l’heure de midi les serviteurs du susdit ’nourricier’, sortant en forêt, cueillirent dans des lieux propices quantité de noix propres à être mangées ; et chacun en fit un tas qu’ils présentèrent à l’enfant Melar comme à leur seigneur. Lequel, l’air heureux en recevant les noix à lui apportées, les rassembla de sa main d’argent ; et de manière surprenante, sa main se mit à se replier comme si elle était faite de chair ; et — chose étonnante à dire et à voir — il commença de l’ouvrir et de la refermer telle une main naturelle d’os, de nerfs, de veines, de sang et recouverte de peau. Alors, ainsi qu’il est rapporté par ses serviteurs, prenant un pot plein des noix qu’on lui avait apportées, il les lança par ’le trou ouvert de la tarrière dans la barre de la porte’. Ce que beaucoup voyant, certains dont l’esprit était malade firent des plaisanteries ; mais le plus grand nombre se rassemblant et exultant de joie ne cessaient pas de rendre grâce en chantant des hymnes au Seigneur Jésus Christ qui se manifestait en opérant de façon miraculeuse en Son enfant, par la suite Son martyr précieux.

[p. 62] 1e

Et aussi notre langue ne doit pas se retenir de dire ce que peu après il accomplit étant encore un enfant. Il commença en effet d’admirer en lui-même la toute puissance de la nature divine de Dieu qui est proche de tous ceux qui l’invoquent en vérité et examina l’aspect miraculeux d’un tel fait. Enfin, ayant prié avec ferveur, agenouillé toute la journée en oraison, il sentit que l’assistait la clémence divine ; alors, s’étant saisi de la lance enfantine qu’on appelle communément ’perrière’ [30], il la lança pour ainsi dire sur un stade et plus de la moitié et la ficha dans la pierre très dure. Conséquemment au coup [porté] par sa main droite, quand il eut retiré la ’perrière’ en silex du très dur rocher, jaillirent de la roche par la vertu divine des eaux très abondantes ; et jusqu’à aujourd’hui a coulé plus qu’il n’en faut en ce lieu une fontaine qu’on voit bouillonner et irriguer par d’utiles détours l’étendue de ce terroir.

1f

Ce miracle parachevé par l’action de la vertu divine, sa réputation se mit à croître chaque jour plus et plus au Nom de Dieu. Alors son oncle très inique Rivod, prenant connaissance de cette réputation et des miracles que le Seigneur Jésus Christ opérait par lui [= Melar], manda son ’nourricier’, Kerialtan, eut avec lui un entretien et lui dit : « si tu tues ton ’pupille’ Melar, tu auras par moi de nombreuses richesses, je te ferai très riche tant en troupeaux qu’en terres, et tout ce que tu verras du haut du mont Frugy, je te le donnerai ». En entendant cela, le très cruel Kerialtan, s’en vint à sa demeure, enflammé par la cupidité, et raconta à sa femme ce que le tyran lui avait promis et combien. Et celle-ci lui dit : « va, assure avec lui ton dessein ». Sur le champ, il partit et pendant toute une semaine traita avec le très cruel tyran de la mort du saint homme. Pendant ce temps la ’nourrice’ de ce dernier s’enfuit rapidement avec lui jusqu’en Domnonée, en Poucastel [= « dans le pays du château »] [31], au château qu’on appelle Beuzit où demeurait sa tante paternelle ou maternelle, fille de Fortunat, avec le comte Commor. Et là il fut reçu avec honneur par celui-ci, par sa femme et aussi par sa ’maisonnée’ ; heureux de cette arrivée et de sa rencontre avec lui, avec joie il [= Commor] lui dit : « je te donnerai pour te nourrir jusqu’à ce que tu sois un adulte le territoire du château où j’habite ». Après cela se répandit sa réputation par tout le pays ; l’impie Rivod sut qu’il était là et il envoya à sa suite son ’nourricier’ disant : « rejoins ton ’pupille’ et rapporte moi sa tête, et je tiendrai toutes les [p. 63] promesses que je t’ai faites ». Alors le malfaisant Kerialtan, aveuglé par la cupidité, vint avec son fils Justan dans le château où séjournait saint Melar ; dès qu’il l’aperçut, ce dernier fut grandement réjoui et décida qu’il dormirait le soir même avec eux dans le même lit avec grande confiance et pieux amour. Mais sa ‘nourrice’ sentait et craignait ce qui allait se passer et ne le laissa pas avec eux ni la première nuit, ni la seconde. La troisième nuit, gambadant comme un doux agneau, il la pria de le laisser dormir avec eux le coeur pur et la charité sincère. Quand sa ‘nourrice’ constata que sa volonté était ainsi arrêtée, elle l’embrassa et le bénit en disant : « Qu’il en soit de toi comme Dieu le veut ; va au Nom de la Sainte Trinité ». Et comme était venu le temps d’aller dormir, le très glorieux innocent se mit au lit cette nuit là entre Kerialtan et le fils de ce dernier Justan ; lesquels, s’emparant de lui par ruse, l’égorgèrent dans le silence de la nuit et lui coupèrent la tête. Et alors Justan, homme sanguinaire aux mains souillées, emportant avec lui la tête sacrée et voulant sortir furtivement par le rempart, par la permission de Dieu se brisa le cou en tombant et expira.

[p. 64]

1. *Vita Ia (texte M) BHL 5904

1d [32]

Cum beatissimus Melorus digne Deo laudabiliter serviens in ipsis puerilibus annis a nutritore suo Cerialtano nomine nutriretur, fecit per eum omnipotens Deus mirabile miraculum quod silentio praeteriri indignum videtur. Quodam enim aestivali tempore, sicut naturale est arboribus frugiferis quaeque poma producere et maturescere, die quadam solemni meridianis horis collegit se familia nutritoris beati Melori et, exiens in silva per commoda loca, detulit secum multiplices nuces edulio habiles et fecit unusquisque massam suam de nucibus et praesentavit eas innocenti puerulo quasi domino suo ; qui laetissimo et hilari vultu suscipiens nuces sibi deportatas, cepit eas colligens argentea manu et, mirum in modum, coepit manus illa argentea quasi reflexus habere carneos ; et (mirabile dictu) coepit manum extendere et recludere quasi nativam ex ossibus, nervis, venis, sanguine atque compactam pelle. Tunc vero, sicut relatum a veteranis comperimus, accipiens non modicam partem de sibi delatis nucibus, jactavit eas per apertum terebri foramen in [33] ostii repagulum ; quod multi videntes, quidam ridere eum fere dixerunt, quorum mens erat insana, plurimi vero convenientes et exultantes prae gaudio immodica non cessaverunt domino Jesu referre praeconia, qui tam mirabiliter operari videbatur in suo puerulo subrogando postmodum sibi martire pretioso.

1e

Nec etiam reticere debet lingua nostra quod non longo post in sua egit infantia ; coepit namque in se mirari virtutem omnipotentis Dei qui prope est omnibus invocantibus se in veritate [34], considerans in seipso praefatae rei miraculum. Postea vero fixis in oratione genibus diu longeque perorans, cum praesentaneam adesse sibi divinam sensisset clementiam, accepta puerilitatis framea quae vulgo vocatur petraria projiciens avolare eam fecit quasi stadio dimidio et eo amplius, infixitque eam supra petram durissimam quasi super ceram mollissimam. Subsequutus vero ictum jaculantis dexterae, cum retraxisset petrariam de durissimo silice, virtute deifica, de saxo egressae sunt aquae largissimae [35] ; et, usque in hodiernum diem, fons vivus a loco illo cernitur ebullire et ipsius terrae amplitudinem discursibus necessariis non desinit irrigare.

[p. 65] 1f

Hoc vero miraculo deificae virtutis ope perpetrato, coepit crescere ejus sancta opinio ; et exiens fama [un mot illisible] et de die in diem, sicut ipse in timore Dei crescebat, crescens, Rivoldi aures patrui ejus saepissime pulsabat, sed magis mentem ejus quam aures stimulabat [36]. Unde tactus dolore cordis intrinsecus et praecavens ne in futurum paternus ei honor [rayé : deretur] redderetur [37], vocavit Cerialtanum nutritorem ejus et colloquutus cum eo dixit ei : « si alumnum tuum occidere volueris, ditabo te muneribus magnis, tam in diversorum pecorum multitudine quam in terris ; et dabo tibi quidquid de fastigio montis Scoci videre poteris ». Quo audito Cerialtanus ad domum rediens, narravit uxori suae quot et quanta Rivoldus ei promisisset si alumnum suum occidere vellet. Illa vero dixit ei : « vade et prout tibi competentius videtur pactum rei hujus cum Rivaldo confirma ». Ille vero de domo sua exiens et, pactum iniquitatis cum eo confirmare deliberans, mansit cum eo una continua hebdomada. Nutrix autem ejus verens ne innocens a nocentibus [38] occideretur, interim dum conjux ejus apud Rivoldum [un mot partiellement illisible : …retur], de Cornubia cum alumno suo in Dompnoniam fugit, ubi ejus amita filia Budici cum Commoro comite viro suo morabatur in pago castelli sui quod Bocidus appellatur. In adventu vero illius Commorus comes et uxor ejus et ejus omnis familia valde laetati sunt ; et congratulans adventui ejus Commorus comes dixit ei : « castellum istud in quo nunc habito tibi dabo et donec ad maturam pervenias aetatem cum diligentia magna nutriri te faciam ». Percrebuit autem fama et ad multorum pervenit notitiam quod beatus Melorus de Cornubia in Dompnoniam cum nutrice sua fugisset. Quod Rivaldus audiens tristis factus immodice et sibi semper in posterum timens, iterum Cerialtanum sibi accersivit ; et munerum suorum promissiones replicans de beati Melori interfectione eum admonebat dicens : « surgens velocius alumnum tuum prosequere et eum morte tradere ne cuncteris ; et eo occiso quaecumque promisi sine cunctatione tibi dabo ». Fuit autem ista inter perversos illos iniquitatis conventio : ut Cerialtanus caput innocentis abscinderet et abscissum Rivoldo tirannidem satians deferret et sic promissa pro mercede iniquitatis reciperet. Vale ergo Rivoldo faciens et iter suum accelerans cum Justano filio suo in Dompnoniam venit ; et Beatum Melorum, cum nutrice sua in praenominato castello commorantem invenit. Videns autem [p. 66] beatus Melorus nutritorem suum et quasi alterum patrem diligens et filium ejus quasi alterum fratrem amplectens, gavisus est coram eis gaudio magno valde [39]. Voluit autem memoratus puer in prima adventus eorum nocte (se eis ut intimis suis committens et nihil de eis sinistrum sentiens) ex miro simplicitatis amore cum eis in uno lectulo quiescere. Sed nutrix ejus eorum perversitatem metuens et multis indiciis quae ventura erant conjiciens, in prima et in secunda nocte eum secum nollet vellet retinuit ; et ei ne cum ipsis quiesceret omnino interdixit. In tertia vero nocte, [tache d’encre] pius puer [illisible : ni…(tache d’encre)] nimie simplicitati deditus et eos immoderatius diligens nutricem suam nimiis et importunis precibus exorabat, ut ei licentiam daret et eum cum ipsis ea nocte dormire permitteret. Nutrix autem ejus, eum complexa et affectuose eum deosculans, benedixit eum dicens : « vade, virtuti sanctae et individuae Trinitatis commendo te et quod beneplacitum est omnipotenti Deo faciat de te ». Cum autem tempus quiescendi appropinquasset decrevit pius et innocens puer inter illos, inter patrem videlicet et filium, ea nocte quiescere ; sed quia Spiritus Sanctus eis deerat, cum omnes oppressos somno cognoscerent, insurgentes in eum quasi agnum immaculatum non repugnantem non recalcitrantem, in silentio noctis eum jugularunt ; et caput ejus abscindentes et secum deferentes abscesserunt. Cum vero Justanus caput beati Melori deferret et de castellum per murum furtim egredi properaret, justo judice Deo id agente de muro castelli cecidit et fractis cervicibus subitanea (ut dignum erat) morte praeventus expiravit. Et hoc miraculum omnipotens Deus in ultionem innocentis martyris primo post mortem ejus exercuit [40].

1g

Cerialtanus autem pro filii sui subitanea morte tristis immodice factus, sed pro commisso scelere ibi diu demorari securum minime judicans, pretiosi martiris caput arripiens quanto [p. 67] velocius potuit ab eodem castro longius recessit. Cum vero ad locum qui Curia Sanctimonialium dicitur pervenisset, tam corporis lassitudine quam pravae conscientiae taedio deficiens et pene prae nimia siti moriens, sibi ipsi condolendo loquebatur dicens : « vae mihi, omnium miserrimo hominum, et pro iniquitate commissa dignam mercedem recipienti qui post condignam filii mortem nunc corporis lassitudine et sitis ardore deficio ». Cum autem ita sibi soli loqueretur et multotiens replicando se miserrimum fateretur, virtute divina purissimi caput pueri in verba humana prorumpens tali eum modo affatum est : « Cerialtane, baculum quem manu propria gestas in terram figere ne moreris, certissime sciens quod ex fossa quam in terra baculo facies fons aquae viventis protinus orietur ; ex quo reficieris copiose ut imminentem sitis mortem possis evadere ». Audiens autem Cerialtanus defuncti caput hominis profari more viventis, et tam insolito et tam mirabili, tam terribili miraculo stupefactus, quamvis pavitans, quamvis tremulus, pro imminenti tamen sitis necessitate libentissime martyri sancto obedivit ; et baculum quem manu gestabat adnisu quo potuit in terram altius fixit. Cum autem secundum praeceptum gloriosi martiris baculum suum in terra fixisset, ut mirificatum martyrem in coelis omnipotens Deus in conspectu omnium mirificaret in terris, protinus baculus ille in pulcherrimam arborem versus, primo radicitus terrae inhaesit, postmodum vero ramos et folia produxit ; et sicut martir praedixerat, de radice ejus fons mirae pulchritudinis et aquarum inundantium ebullivit qui, sicut omnibus ibi habitantibus in promptu est, terram illam discursibus necessariis usque in hodiernum diem irrigare non desinit ; ex quo Cerialtanus usque ad satietatem bibens futurae siti se praeparavit. Patrato super innocente tam crudeli martirio, arripiens Cerialtanus caput [rayé : preti] pretiosi martiris et secum deferens, [interligné : venit] ad Rivoldum [ rayé : venit] et delatum caput ostendit illi.

1h

Quo viso Rivoldus et de ducatu suo valde securior factus dixit ad Cerialtanum : « surgens vade et montis Scoci verticem ascende ; et sicut tibi promisi quascumque villas et quaecumque territoria monti adjacentia de fastigio ejus videre poteris dabo tibi ». Cerialtanus montem conscendens et circumquaque videre se posse credens justo Dei judicio primo utroque lumine orbatus est, postea vero subitanea morte praeventus interiit ; et caro ejus liquefacta est sicut solet liquefieri cera a facie ignis [41].

[p. 68] 1i

Nunciatum autem nobili comiti Commoro et uxori ejus beati videlicet Melori materterae [42], quam dura et quam crudelia erga eum gesta fuerant ; qui audito tam gravi nuncio tristes facti vehementer, ut pretiosi martyris corpus sepelirent sine mora venerunt. Post multos autem gemitus et dolores, post multas lachrimas tandem aliquantulum respirantes, conversi ad invicem quaerebant ab invicem : « ubi sepeliemus eum ? » Et visum est bonum in oculis eorum, ut in domo illa in qua martirizatus fuerat sepeliretur ; quod opere complentes die sequenti, divina ut credimus id agente virtute, super oram sepulchri inventus est. Postea vero corpus ejus levantes et ad quamdam ecclesiam deferentes, ibi eum sepelierunt ; sed sicut prima vice contigerat, ita etiam secundo evenit et iterum super oram sepulchri sui inventus est. Tulerunt etiam tertio in locum qui dicitur vicus Maioci et sepelierunt eum ibi ; sed sicut duabus vicibus prius contigerat, ita postmodum tertio contigit et in crastina die extra sepulchrum [interligné : suum] inventus est. Assistentes autem mira et tam admiranda videntes et de tam terribili spectaculo nimium attoniti et turbati, quidnam de pretiosi martiris corpore facerent ab invicem scrutabantur. Post diversas vero diversorum sententias, tandem divino instinctu salutari reperto consilio in unum concordantes dixerunt : « mittamus eum super plaustrum unum, et tauros duos indomitos ad trahendum plaustro subjiciamus ; et ubicumque virtus divina eum dirigere voluerit absque ductore aliquo ille solus incedat ». Dixerunt et factis dicta complentes plaustrum et tauros indomitos adduxerunt, et pretiosi martiris glebam super illud imposuerunt, a quo longius recedentes divinae voluntatis effectum praestolabantur. Protinus vero plaustrum tauris trahentibus a loco in quo pretiosum onus susceperat divinitus motum, quo virtute divina regente ducebatur donec in locum quem elegerat, et in quo tumulatus est, venit ; ibique plaustrum immobile stetit. Cum autem populis sequentibus non placeret ut in loco in quo steterat remaneret, propius accedentes et tauros ut traherent minis, clamoribus, stimulis concitantes et, ut in tali opere consuetudo est, manus, brachia, humeros rotis, ut eas volverent, supponentes, ita fixum divinitus et immobile repererunt ut nulla arte, nullo ingenio, nulla hominum virtute ante vel retro aliquatenus moveri potuisset. Quod cum saepius attentassent et virtute divina eis resistente se in vanum laborare cognoscerent, conversi ad Dominum humili voce clamabant : « tu Deus omnipotens, qui facis mirabilia magna solus, quique hodierna die tam mirabile spectaculum nobis ostendisti super tumulatione pretiosi martiris tui, fiat voluntas [p. 69] tua ». Postea vero pretiosum corpus, ponderis parvi, pretii magni, de plaustro deponentes et cum magna diligentia tumulum componentes, sicut decebat prolem regum generosam, sicut gemmam Dei pretiosam, in loco in quo plaustrum steterat, eum honorifice sepelierunt ; ubi omnibus eum affectuose quaerentibus ejus beneficia praestantur usque in hodiernum diem [43].

Traduction

1d

Comme le bienheureux Melar servant dignement Dieu, était honorablement élevé durant ses années d’enfance par son ’nourricier’ nommé Kerialtan, Dieu tout puissant fit par lui un admirable miracle sur lequel il est indigne de garder le silence. En effet, en été où il est naturel que les arbres fruitiers produisent et fassent mûrir leurs fruits, un certain jour de fête à l’heure de midi s’assembla la ’maisonnée’ du ’nourricier’ du bienheureux Melar et, se promenant en forêt par des lieux propices, cueillit quantité de noix propres à être mangées ; et chacun se fit un tas de noix qu’il présenta à l’innocent enfant comme à son seigneur. Celui-ci, l’air joyeux et heureux en recevant les noix à lui apportées, s’en saisit et les rassembla de sa main d’argent ; et, de manière surprenante, cette main d’argent commença de se replier comme si elle était de chair ; et — chose étonnante à dire — il commença de l’ouvrir et de la refermer telle une main naturelle d’os, de nerfs, de veines, de sang et recouverte de peau. Alors, ainsi que nous l’avons appris des anciens, saisissant une bonne part des noix qu’on lui avait apportées, il les jeta par ’le trou ouvert de la tarrière dans la barre de la porte’. Ce que beaucoup voyant, plusieurs dirent presque qu’il plaisantait, eux dont l’esprit était malade ; mais le plus grand nombre, se rassemblant et exultant de joie, ne cessait pas de rendre grâces sans mesure au Seigneur Jésus qui était apparu agissant de façon miraculeuse au travers de Son enfant choisi, par la suite Son martyr précieux.

[p. 70] 1e

Et aussi notre langue ne doit pas se retenir de dire ce que peu après il accomplit étant encore un enfant. Considérant en lui-même l’aspect miraculeux d’un tel fait, il commença d’admirer en lui la puissance de Dieu omnipotent qui est proche de tous ceux qui l’invoquent en vérité. Ensuite, alors que, priant avec ferveur, agenouillé toute la journée en oraison, il sentit que l’assistait la clémence divine, il se saisit d’une lance enfantine qu’on appelle communément ’perrière’, et la projetant, il la fit voler pour ainsi dire sur un stade et plus de la moitié et la ficha dans un rocher très dur comme dans de la cire très molle. Conséquemment au coup [porté] par sa main droite, alors qu’il retirait la ’perrière’ de la roche très dure, jaillirent du rocher par la vertu divine des eaux très abondantes ; et jusqu’à aujourd’hui on voit bouillonner en ce lieu une fontaine vivante qui n’a cessé d’irriguer par d’utiles détours l’étendue de ce terroir.

1f

Ce miracle accompli par l’action de la puissance divine, commença alors de croître sa réputation de sainteté ; et sa réputation, circulant et croissant de jour en jour, comme lui-même croissait dans le respect de Dieu, s’en venait résonner, de manière incessante, aux oreilles de son oncle Rivod ; et, plus encore que ses oreilles, elle harcelait son esprit. Tenaillé alors intérieurement par une douleur au coeur et craignant que la charge paternelle ne lui [= Melar] soit rendue plus tard, il convoqua Kerialtan, son ’nourricier’ et, discutant avec lui, lui dit : « si tu veux tuer ton ’pupille’, je t’enrichirai en grands biens, tant en multiples troupeaux divers qu’en terres et je te donnerai ce que tu pourras voir du sommet du mont Frugy. » Ayant entendu cela, Kerialtan revint chez lui et raconta à sa femme quoi et combien Rivod lui avait promis s’il acceptait de tuer son ’pupille’. Celle ci lui répondit : « va et dans la mesure de ce qui t’apparaît le plus convenable, fais un pacte là-dessus avec Rivod ». Sortant de chez lui, il demeura une semaine entière chez ce dernier, délibérant avec lui pour confirmer ce pacte d’iniquité. Cependant, craignant que l’innocent [= Melar] ne fût tué par des criminels, la ‘nourrice’ de celui-ci, pendant que son mari était retenu auprès de Rivod, s’enfuit avec son ’pupille’ de Cornouaille en Domnonée, où la tante paternelle de ce dernier, fille de Budic, demeurait avec le comte Commor son mari, dans le pays de [= où est situé] son château qu’on appelle Beuzit. A son arrivée, le comte Commor, sa femme et toute sa ’maisonnée’ sont grandement heureux et le félicitant de sa venue, le comte Commor lui dit : « ce château dans lequel je demeure présentement, je te le donnerai et jusqu’à ce que tu arrives à l’âge mûr, je m’occuperai de toi avec diligence ». La nouvelle alors se répandit et parvint à la connaissance de beaucoup que le [p. 71] bienheureux Melar avait fui, avec sa ‘nourrice’, de Cornouaille en Domnonée. Ce qu’apprenant Rivod fut considérablement attristé et, craignant toujours l’avenir pour lui, il appela à lui une seconde fois Kerialtan ; répétant les promesses de ses largesses, il lui rappela l’exécution du bienheureux Melar, en disant : « te levant vite, poursuis ton ’pupille’ et ne tarde pas à le livrer à la mort ; et, quand il aura été tué, je te donnerai sans retard tout ce que j’ai promis ». Fut alors passée entre ces pervers cette convention d’iniquité : Kerialtan couperait la tête de l’innocent et la ramènerait à Rivod pour rassasier sa tyrannie ; et ainsi il recevrait ce qu’on lui avait promis pour prix de son crime. Faisant donc ses adieux à Rivod et se mettant rapidement en chemin, il vint avec Justan son fils en Domnonée et trouva le bienheureux Melar résidant, avec sa nourrice, dans le château ci-dessus nommé. Quand le bienheureux Melar vit son ’nourricier’ qu’il aimait pour ainsi dire comme un autre père et le fils de celui-ci qu’il affectionnait pour ainsi dire comme un autre frère, il se réjouit énormément devant eux d’une grande joie. Et le susdit enfant, qui avait confiance en eux comme en ses intimes et qui ne sentait rien de menaçant qui vînt d’eux, voulut dans son étonnant amour de la simplicité reposer avec eux le premier soir de leur arrivée dans le même petit lit. Mais sa ‘nourrice’, craignant leur perversité et conjecturant à de multiples indices ce qui allait se passer, le retint avec elle, bon gré, mal gré, la première et la seconde nuit et lui interdit absolument d’aller reposer avec eux. Mais la troisième nuit, le pieux enfant, trop adonné à la simplicité et qui aimait énormément ceux-ci, supplia sa ‘nourrice’ avec des prières pleines de ferveur et touchantes, qu’elle lui donnât licence et lui permît d’aller dormir cette nuit là avec eux. Alors sa ‘nourrice’ l’embrassa, le baisa affectueusement, et le bénit en lui disant : « Va, je te recommande au pouvoir de la Sainte et Indivise Trinité ; qu’il advienne de toi ce qui plaît à Dieu tout-puissant ». Et comme était venu le temps de se reposer, le pieux et innocent enfant décida d’aller reposer cette nuit là entre eux, c’est à dire entre le père et le fils ; mais parce que leur manquait l’Esprit Saint, quand ils connurent que tous étaient abîmés dans le sommeil, se jetant sur lui comme sur un agneau immaculé, ni rebelle ni récalcitrant, ils l’égorgèrent dans le silence de la nuit ; et lui ayant coupé la tête et l’emportant avec eux, ils s’enfuirent. Cependant, comme Justan portait la tête du bienheureux Melar et se hâtait de sortir furtivement du château par le rempart, la justice de Dieu le frappa et il tomba du rempart du château : le cou brisé, il expira, surpris, comme il le méritait, par une mort subite. Et Dieu tout-puissant fit ce miracle pour venger l’innocent martyr juste après la mort de ce dernier.

[p. 72] 1g

Kerialtan, que la mort brutale de son fils rendait excessivement triste, mais s’avisant que demeurer plus longtemps en ce lieu n’était pas du tout sûr du fait de l’attentat perpétré, saisit la tête du précieux martyr et s’éloigna du château le plus vite et le plus loin possible. Arrivé à l’endroit qu’on appelle Curia Sanctimonialium, comme le faisaient défaillir autant la fatigue du corps que le dégoût d’une conscience dépravée, et mourant presque d’une soif excessive, il se parla à lui-même en s’apitoyant sur son sort : « malheur à moi, le plus misérable de tous les hommes qui reçoit le juste salaire de l’iniquité commise : après la mort parfaitement justifiée de mon fils, voilà que je meurs de soif ardente et de fatigue. » Alors qu’il était ainsi à se parler tout seul et à reconnaître, en le répétant, qu’il était le plus misérable, la tête du très pur enfant, par la puissance divine, fit entendre des paroles humaines et s’adressa à lui de cette façon : « Kerialtan, ne tarde pas à planter dans le sol le bâton que tu tiens en main et sache avec certitude que du trou fait en terre par ce bâton sourdra immédiatement une fontaine d’eau vive à laquelle tu te restaureras copieusement : ainsi tu pourras échapper à cette mort imminente par la soif ». En entendant la tête d’un défunt exposer cela à la manière d’un vivant, Kerialtan fut stupéfait d’un aussi insolite, admirable et terrible miracle ; et bien que tremblant et frissonnant, il obéit avec empressement au saint martyr à cause de la nécessité impérieuse de la soif : de toutes ses forces il planta en terre le plus profondément qu’il put le bâton qu’il tenait dans sa main. Et alors, après qu’il eut fiché son bâton dans le sol selon la recommandation du glorieux martyr, pour que Dieu tout-puissant glorifiât aux yeux de tous sur cette terre le martyr glorifié dans les cieux, le bâton immédiatement transformé en un très bel arbre, d’abord se fixa à la terre par la racine, ensuite produisit branches et feuilles. Et comme l’avait annoncé le martyr, à sa base jaillit une source d’une beauté admirable et d’eaux débordantes, laquelle, comme le voient tous les habitants de l’endroit, n’a pas cessé jusqu’à nos jours d’irriguer par d’utiles détours l’étendue de ce terroir. Kerialtan se prémunit de sa soif future en y buvant jusqu’à satiété ; le martyre si cruel de l’innocent étant définitivement consommé, Kerialtan saisit la tête du précieux martyr, et l’emportant avec lui, alla jusqu’à Rivod à qui il montra la tête qu’il avait apportée.

1h

Quand il eut vu cela, Rivod se sentit grandement plus assuré de son pouvoir et il dit à Kerialtan : « lève toi, va et monte au sommet du mont Frugy et, comme je te l’ai promis, tous les domaines et toutes les terres aux environs du mont que tu pourras voir depuis son faîte, je te les donnerai ». Kerialtan, gravissant la montagne et croyant qu’il pourrait voir tout à l’entour, [p. 73] fut par la juste décision de Dieu d’abord privé de ses deux yeux ; puis, frappé par une mort brutale, il mourut et sa chair fut liquéfiée comme se liquéfie la cire en présence du feu.

1i

Ayant annoncé au noble comte Commor et à sa femme, la tante du bienheureux Melar, quelles actions dures et cruelles avaient été perpétrées à l’égard de ce dernier, ceux-ci, violemment attristés d’entendre une telle nouvelle, vinrent aussitôt pour enterrer sans retard le corps du précieux martyr. Quand enfin, après beaucoup de gémissements, d’expressions de douleur et beaucoup de pleurs, revenus à eux, ils respirèrent un peu, ils se demandèrent l’un à l’autre : « où l’ensevelirons nous ? ». Et il parut bon à leurs yeux qu’il fût enseveli dans la maison où il avait été martyrisé — ce qu’ils firent ; mais le lendemain, par le fait de la puissance divine comme nous le croyons, on le retrouva au bord du tombeau. Levant alors le corps et l’apportant à une certaine église, ils l’ensevelirent en ce lieu ; mais comme cela s’était produit la première fois, il advint pareillement une seconde fois et on le découvrit à nouveau sur le bord de son tombeau. La troisième fois, ils le portèrent à l’endroit qu’on appelle Guimaëc et l’ensevelirent en ce lieu ; mais comme cela s’était produit par deux fois auparavant, il advint pareillement une troisième fois et, le lendemain, on le retrouva au dehors de son tombeau. Ceux qui étaient là, voyant tant d’admirables miracles et extrêmement étonnés et perturbés par un aussi troublant spectacle, s’interrogeaient mutuellement sur ce qu’ils devaient faire du précieux corps du martyr. Après que diverses personnes eurent donné des opinions diverses, enfin un conseil salutaire que leur fit découvrir l’inspiration divine les accorda sur le même point et ils déclarèrent : « plaçons-le sur un chariot et mettons sous le joug deux taureaux sauvages pour tirer le chariot ; et partout où la puissance divine voudra le diriger sans conducteur aucun, qu’il avance ». Ils dirent et, joignant les actes aux paroles, ils firent venir le chariot et les taureaux sauvages et posèrent sur celui-là la dépouille du précieux martyr. Puis s’en écartant au plus loin, ils attendirent l’action de la puissance divine. Immédiatement le chariot tiré par les taureaux fut divinement mis en mouvement, depuis l’endroit où il avait reçu le précieux fardeau, et conduit par la puissance divine, jusqu’à ce qu’il vint à l’endroit qu’il avait choisi et où il a été enseveli ; et là le chariot s’immobilisa. Comme il ne plaisait pas à ceux qui l’avaient suivi qu’il restât à l’endroit où il s’était immobilisé, ils s’approchèrent des taureaux et pour les faire avancer les excitaient par des menaces, des clameurs, des aiguillons ; et comme on le fait dans ce genre d’opération, ils mirent les mains, les bras, les épaules aux roues pour les faire tourner. Mais ils découvrirent qu’il demeurait divinement immobile, à telles enseignes que nul savoir-faire, nul talent , nulle puissance humaine ne permettrait de le faire bouger de [p. 74] quelque manière, ni en avant ni en arrière. Quand ils eurent essayé cela nombre de fois et qu’ils reconnurent qu’ils se fatiguaient en vain puisque leur résistait la puissance divine, revenus à Dieu, ils chantèrent d’une voix humble : « Toi Dieu tout puissant qui seul accomplis de grands prodiges et qui aujourd’hui nous as montré un si admirable spectacle à l’occasion de l’ensevelissement de Ton précieux martyr, que Ta volonté soit faite ». Ensuite ils enlevèrent du chariot le précieux corps, de peu de poids mais de beaucoup de prix, et préparèrent avec grand soin le tombeau ; et, comme il convenait à cette généreuse progéniture royale, telle une précieuse gemme divine, ils l’ensevelirent avec honneur à l’endroit où le chariot s’était immobilisé. Et en ce lieu jusqu’à aujourd’hui il accorde ses bienfaits à ceux qui le prient d’une manière affectueuse.

[p. 75] 1bis. Appendix (texte C1 [44]) BHL 5904 (in fine)

1j

Lect. Ia : Beatum martyrem Melorum diligentibus et festa ejus pia devotione solemnisantibus [45] qua de causa solemnitas ejus pridie idus maii celebretur notificandum videtur. Glorioso infante in castro Boxido impiorum manibus martyrizato [46], Cerialtanus [47] sanctum ejus caput Rivoldo [48] patruo ejus, sicut inter eos convenerat, detulit. Et montem Coci ascendens ut promissiones suas acciperet, cum se circumquaque videre posse crederet, primo visum perdidit, postea morte subitanea interiit.

Lect. IIa : Rivoldus vero cui sanctum caput delatum fuerat, cum de ducatu quem fratri suo abstulerat securum se esse crederet, tertia die postquam sanctum caput vidit, morte subitanea deffunctus est et caro ejus sicut cera que fluit a facie ignis liquefacta est [49].

1k

Lect. IIIa : Sceleratis hominibus, ut dignum erat [50], mortuis et tormentis ut meruerant infernalibus deputatis, gloriosi martyris caput multo tempore in Cornubia fuit ; et dum ibi esset, multe dissensiones, multe inimicitie [51], multa etiam homicidia inter utriusque consulatus homines [52] orta sunt.

Lect. IVa : Tandem utriusque consulatus pontifices, religiosi viri et nobiles terre statuerunt et jurejurando firmaverunt ut Cornubienses [53], peracto triduano jejunio [54], nudis pedibus, sanctum caput martyris [55] et gloriosum [56] corpus ejus in montem Aray [57], qui est in confinio [p. 76] utriusque consulatus, afferent et alterum ab altero longe ponerent ; et utrique populi Dominum in commune deprecarentur ut, si sanctus martyr magis Domnoniam [58] quam Cornubiam diligeret, caput ejus corpus suum miraculose peteret ; vel, si Cornubiam magis quam Domnoniam amaret, corpus suum ad caput sine portatore veniret. Et sicut juraverunt, ita utrique populi fecerunt [59].

Lect. Va : Cum autem [i] in commune omnes flexis genibus Dominum exorarent et supplices preces cum dominica oratione ut voluntatem suam ostenderet Deo funderent, cunctis videntibus sanctum caput, de loco in quo positum fuerat, nullo tangente sed divina virtute illud regente [60], corpus suum petiit et ut Deo et sancto placuerat, cum eo remansit.

Lect. VIa : Domnonigene vero non se capientes pre gaudio [61], multas gratias et triumphales laudes Deo et sancto martyri retulerunt ; et cum hymnis et laudibus, ad locum ubi prius eum [62] tauri traxerant, reportaverunt ut decebat [63] tam gloriosum thesaurum integre eum et honorifice sepelierunt [64]. Cornubienses vero tristes in terram suam redierunt.

Lect. VIIa : Postea vero [65] multi ex utroque consulatu in montem Aray convenerunt et, ibi [66] ubi mirabile miraculum contigerat, oratorium in honorem beati Melori construxerunt. Multi autem ex utroque populo misericordiam Dei et auxilium beati martyris petentes, vertente anno pridie idus maii illuc veniebant et multas preces plurimasque oblationes Deo et sancto martyri offerebant.

Lect. VIIIa : Hec [67] autem bona consuetudo tamdiu in terra illa habita est, donec heredes loci cujus fundus terre erat, cupiditate victi, oblationes que offerebantur vi rapuerunt ; et totum conventum, qui ibi convenerat, graviter turbaverunt. Nec postea ad bonam consuetudinem eum revocare potuerunt [68].

[p. 77] Lect. IXa : Oratorio vero, quia non frequentabatur, vetustate obruto et ad nihilum redacto [69], homines, qui predictum miraculum viderant, in loco ubi corpus et in loco ubi [70] caput martyris posita fuerant sudes fixerunt, ut omnes posteri scirent a quanta distantia caput sanctum corpus suum petierit et quam mirabiliter miraculum illud factum fuerit. Sudes vero ille, que in loco illo sunt fixe, usque in hodiernum diem Sudes vocantur sancti Melori. Pro prefato miraculo in ecclesiis ubi memoria sancti Melori agitur, festivitas ejus pridie idus maii [71] annuatim celebratur [72].

Traduction

1j

Il paraît bon de faire connaître à ceux qui aiment le Bienheureux martyr Melar et à ceux qui solennisent ses fêtes avec une pieuse dévotion pour quelle raison sa fête solennelle est célébrée la veille des ides de mai. Après que le glorieux enfant eût été martyrisé au château de Beuzit par les mains des impies, Kerialtan ramena à Rivod, l’oncle du martyr, la tête sainte comme il avait été convenu entre eux. Et, gravissant le mont Frugy pour recevoir ce qui lui avait été promis et comme il croyait pouvoir voir tout à l’entour, Kerialtan perdit d’abord la vue et fut ensuite frappé d’une mort brutale. Rivod, à qui la tête sainte avait été rapportée, comme il croyait être assuré du pouvoir dont il avait spolié son frère, décéda d’une mort subite trois jours après avoir vu la tête sainte ; et sa chair, comme la cire qui fond en présence du feu, fut liquéfiée.

1k

Ces scélérats morts comme il devait, et assignés aux tourments infernaux comme ils l’avaient mérité, la tête du glorieux martyr demeura longtemps en Cornouaille ; et, pendant qu’elle s’y trouvait, de nombreuses dissensions, de nombreuses inimitiés, de nombreux [p. 78] homicides même se produisirent entre les hommes des deux comtés. A la fin, les pontifes, les religieux et les nobles de la terre des deux comtés statuèrent ; et, par un serment, décidèrent que les Cornouaillais [et les gens de Domnonée] après un jeûne de trois jours, apporteraient, pieds nus, la tête sainte du martyr et son glorieux corps sur la montagne d’Arrée, laquelle est située aux confins des deux comtés et les poseraient loin l’un de l’autre. Puis les deux peuples prieraient le Seigneur pour que, si le saint martyr préférait la Domnonée à la Cornouaille, sa tête rejoignît miraculeusement son corps ; ou bien, s’il aimait mieux la Cornouaille que la Domnonée, que son corps sans être porté vînt à sa tête. Et ainsi qu’ils l’avaient juré, firent les deux peuples. Et, comme tous agenouillés priaient en commun le Seigneur et adressaient, avec l’oraison dominicale, leurs humbles supplications à Dieu afin qu’Il leur montrât sa volonté, au vu de tous la tête sainte, du lieu où elle avait été posée — sans être touchée mais guidée par la seule puissance divine — rejoignit son corps et demeura avec lui comme il plaisait à Dieu et au saint. Les Domnonéens, ne se contenant plus en raison de leur joie, rendirent de nombreuses grâces et de triomphales louanges à Dieu et au saint martyr ; avec des hymnes et des laudes, ils rapportèrent comme il se devait à l’endroit où précédemment les taureaux l’avaient conduit le si glorieux trésor et l’ensevelirent avec honneur et dans son intégralité. Quant aux Cornouaillais, tristes, ils retournèrent dans leur pays. Ensuite, cependant, nombre de gens des deux comtés se rassemblèrent dans la montagne d’Arrée et, là où ce merveilleux miracle s’était produit, ils construisirent un oratoire en l’honneur de saint Melar. Nombre de gens des deux peuples, implorant la miséricorde du Seigneur et l’aide du bienheureux martyr, venaient en ce lieu chaque année, la veille des ides de mai [le 14 mai], et offraient à Dieu et au saint martyr de nombreuses prières et un très grand nombre d’offrandes. Cette bonne coutume se perpétua dans cette contrée jusqu’à ce que les héritiers du domaine dont dépendait le bien-fonds, envahis par la cupidité, ne s’emparassent par le force des oblations qui étaient offertes et ne perturbassent gravement toute l’assemblée qui se tenait là. Jamais par la suite, ils ne purent la faire revenir à cette bonne coutume. L’oratoire ayant été enseveli sous la vétusté et réduit à néant parce que personne ne le fréquentait plus, des hommes qui avaient vu le miracle ci-dessus dit fichèrent en terre des pieux aux endroits où le corps et la tête du martyr avaient été posés, afin que tous ceux qui viendraient après sussent sur quelle distance la tête sainte avait rejoint son corps et combien ce miracle avait été miraculeusement fait. Ces pieux qui sont donc fichés en ce lieu sont encore appelés aujourd’hui « les pieux de saint Melar ». Et c’est pour commémorer le miracle ci-dessus que dans les églises où la mémoire de saint Melar est honorée, on célèbre sa fête chaque année la veille des ides de mai [le 14 mai].

Documents joints

Notes

[1] Cf. Mc, 16, 15-16 et Mt, 28, 19.

[2] Ce nom Johannes ne figure pas dans T ; l’état du ms. de la Vie rimée en anglo-normand ne permet d’y lire le nom correspondant ; le vieux ms. (perdu) de Châge donnait la leçon *Joannus (acc. Joannum).

[3] Ce nom Daniel ne figure pas dans T ; la Vie rimée en anglo-normand donne également Danyel.

[4] Ce nom Fortunatus ne figure pas dans T ; M lui substitue le nom *Budicus (gén. Budici) et la Vie rimée donne également Budich.

[5] S donne la variante : nomen uni dedit Melianum et nomen alteri Rivoldum pour nomen uni Melianus et nomen alteri Rivodus.

[6] S donne la variante Aurilam pour Aurillam ; ce nom ne figure pas dans T, mais la Vie rimée en anglo-normand donne également Auraylle ; le vieux ms. (perdu) de Châge donnait la leçon Aurilia.

[7] S donne la variante Donnonia pour Domnonia.

[8] S donne la variante Wivoci pour Ninoci ; ce nom ne figure pas dans T et la Vie rimée en anglo-normand lui substitue Judec ; le vieux ms. (perdu) de Châge donnait la leçon *Judocus (gén. Judoci).

[9] Ce libellus est la source commune à P et à S : il s’agit d’un ms. de la *vita Ia ; l’antiqua relatio désigne une source vraisemblablement orale de cette *vita.

[10] Le ms. porte pellebat, faute.

[11] Cf. Gn, 22, 17 ; Is, 10, 22 ; etc.

[12] Cf. Mt, 17, 20 ; 21, 21-22 ; ainsi que Lc,17, 6 et Mc, 11, 24.

[13] S donne la variante Rivoldus pour Rivodus.

[14] S donne la variante Gobroidus pour Gorbroidus.

[15] S donne la variante Corentini pour Courentini.

[16] La formule est à mettre en rapport avec l’étymologie fantaisiste que l’hagiographe donne plus loin du nom du saint.

[17] Cette chronologie des ’enfances Melar’ est confirmée par la Vie rimée en anglo-normand ; celle-ci ajoute une précision sur l’origine miraculeuse des prothèses de l’enfant, précision qui fait défaut dans P comme dans celui de Jean de Tynemouth : Tost aprés fesoit ly glorious Reyz saunz nule obstacle / Pur l’enfaunt, ly duz Melor, un mut bel miracle / Kar il ly rendi apertement pur la mein trenchee / Une meyn d’argent bele e byen ordinee / Dreyt de la fourme de l’autre meyn clere e lusaunte / E ben joygna a braaz, et asseiz fust pliaunte / Auxi un pié de arein ly rendi Jhesu Crist / Pliaunt e movaunt cum nerf e char i fust / Cest myracle ne fu veu unke mes ne oy / De homme que nus sachoum, qe Dieu feseyt pur ly / E par ceo aparust ben qe Dieu ly ama cher / Que vers tuz autres ly voleit issi honurer. P omet de rapporter le terminus ad quem du séjour de Melar dans un monastère de Cornouaille, à savoir quatorze ans, détail donné à la fois par Jean de Tynemouth (Et pius et innocens, de die in diem virtutibus crescens, nutritus est in quodam monasterio Cornubie ; et divinas scripturas usque ad quartumdecimum annum legebat) et par l’auteur de la Vie rimée en anglo-normand (Ly seint enfes crust adés e s’amendoit / De jour en jour cleregie aprist, si cum Dieu voloit / E il fu norry en Cornwaylle en une abbaye / De cortesie ben, en doctrine e auxi de cleregie / Taunt passa le tens qe ly glorious enfaunt / Seint Melor fu tut dreit de quatorze aunz).

[18] Cette glose bajulus pour renforcer le sens de nutritor n’est pas dans M ; elle figurait dans le ms. de la *vita Ia consulté par l’auteur de la *vita IIa , d’où un contresens que nous a conservé le texte D.

[19] T attribue à l’abbé du monastère où est élevé Melar d’avoir ramassé les noix à l’intention de celui-ci (Quodam enim estivali tempore abbas illius loci nuces colligens, puero quasi domino suo presentavit).

[20] Le ms. porte et hostii repagulum.

[21] Cf. Ps, 144, 18.

[22] La petraria en question a beaucoup embarrassé les adaptateurs de la *vita Ia : Jean de Tynemouth se contente d’y voir une simple pierre (Quadam vice puer sanctus accepta petra et projiciens, quasi stadio dimidio eam avolare fecit ; que supra petram durissimam quasi super ceram mollem infixa est) ; et l’auteur de la Vie rimée en anglo-normand précise qu’il s’agissait d’une pierre plate (Lors prist sa perre plate, dunt yl soleit juer / O les autres, la getout tut haut en le eir / E ele vola largement une demye lywe / E afichout au descendre sur une perre nuwe). Comme le suggère L. Fleuriot, Histoire littéraire et culturelle de la Bretagne, t. 1, p. 67, le mot petraria, glosé ’lance enfantine’, traduit peut-être le nom indigène de ce petit javelot à pointe quadrangulaire de pierre que les textes bretons insulaires nous disent armer le bras des héros des Mabinogion.

[23] Cf. Nb, 20, 11.

[24] P abrège encore la *vita Ia à l’occasion de ce passage : ainsi réduit-il la portée de la formule relative à la réputation de Melar parvenant aux oreilles de son oncle et fait-il grâce à son lecteur des raisons évidentes pour lesquelles Rivod va à nouveau s’acharner sur son neveu. Tous ces détails nous ont été conservés par M et sont confirmés par la Vie rimée en anglo-normand.

[25] Le ms. porte successus, faute.

[26] La formule cum honore est déjà en 1b.

[27] Le ms porte à cet endroit l’indication Evangelium : Nisi granum.

[28] Nous examinerons au chapitre « Prosopographie et anthroponymie » les raisons de supposer que ce nom était effectivement celui que portait le grand père maternel de Melar.

[29] « Praesertim vero Bajuli dicti qui filiorum Principis educationi praeficiebantur, quorum summa proinde in Palatio dignitas et auctoritas erat. Lupus Ferrar. Epist. 64 » (Du Cange, bajulus, § 2). —Adam de Brême (+ avant 1085) donne encore le mot bajulus avec le sens de nutricius puerorum (Du Cange, Ibid.).

[30] C’est la traduction ordinaire de petraria qui désigne un engin de siège dont le principe de fonctionnement est celui d’une fronde : « Tormentum quod vulgo dicitur petraria vel mangonum, gallis perrière » (Du Cange, petraria, § 2).

[31] Le pagus Castelli était le nom de celui des deux archidiaconés de l’évêché de Tréguier, dans lequel était effectivement enclavée la paroisse doloise de Lanmeur.

[32] Comme on le constate aisément par la comparaison avec P et T, M s’ouvre par une lacune qui correspond aux paragraphes 1a à 1c de notre découpage de la *vita Ia.

[33] Le ms. porte et ostii repagulum.

[34] Cf. Ps, 144, 18.

[35] Cf. Nb, 20, 11.

[36] La formule que P a dépouillée de sa poésie est peut-être à rapprocher de celles de la vita metrica de Guénolé par Wrdisten (interea regis fama circumvolat aures) et de la Vita Pauli par Wrmonoc (fama ejus regis Marci pervolat ad aures).

[37] Cette explication fait défaut dans P ; mais elle est rapportée par la Vie rimée en anglo-normand (Il se doloit durement, kar sa fausine fesoit / E quida que ly enfes sun heritage receveroit / Ke il tint mavesement e de luy chalengeroit).

[38] Allitération ?

[39] Cf. Mt, 2, 10.

[40] Il faut supposer une probable lacune de M à cet endroit : en effet l’abrégé de Jean de Tynemouth raconte alors un épisode miraculeux (Veniens autem nutrix martiris ad domum in qua corpus jacebat, et angelos Dei et lucernas divino splendore lucentes vidit) rapporté au même endroit du récit par la Vie rimée en anglo-normand (Au matin vint la norice del glorius martyr / E vit le corps senglaunt saunz chef gisir / Ele se plourout e criout cum forcenee / « Hore est la flur de cest mund de la teste privee » / Mes ly martirs sa dolour doresnavant abregga / Kar les seinz aungles vit a l’oil, ki demorent la / E tuz le corps, ke luisa celestial lumere). Cet épisode miraculeux était aussi dans les pièces liturgiques de l’office meldois de saint Melar (Refulsit caeli claritas / Ad insontis martyrium et encore : Post caput abscissum lumen mirabile visum / Corpus ad occisum, mentem tulit ad paradisum). Siméon de Durham (1er quart du XIIe siècle) dans sa biographie de saint Alfwold, roi de Northumbrie (778-789) signale « une lumière au dessus du lieu où il fut mis à mort et qui fut vue souvent par de nombreux témoins » (R. Folz, Les saints rois du Moyen Age…, p. 29) ; en Bretagne armoricaine, la legenda du roi martyr Salomon (mort en 874) conservée dans un recueil tardif, en l’occurrence le bréviaire de Vannes imprimé en 1589, déjà connue un siècle auparavant de Pierre Le Baud et notoirement plus ancienne (antérieure au milieu du XIIe siècle), fait le récit suivant : eadem autem nocte, in loco ubi gloriosus martyr mortem subierat corporalem tanta chorusci ignis cum sublimitate videbatur claritas ut infimis transcenderet ad suprema (dom F. Plaine, Saint Salomon, roi de Bretagne et martyr, p. 68).

[41] Cette forte image empruntée au Psalmiste, 68 (67), 2, était très prisée des hagiographes, en particulier insulaires : on la retrouve dans la Vita Cadoci composée vers 1100 par Lifris de Llancarfan (conspectu totius exercitus liquefactus est prout cera ante faciem ignis) mais aussi dans les Vitae Iltuti, Congari, Teliavi (cf. G.H. Doble, The Saints of Cornwall, 5e partie, p. 15 et 26).

[42] On devrait avoir amita comme ci-dessus en 1f ; mais on a vu que le texte P donnait en 1f amita vel matertera. (Cf. Du Cange : « matertera = amita. Johannes Skenaeus, de verborum significatione p. 97 : sed aliquando matertera sumitur improprie pro patris sorore, latine amita »).

[43] Nouvelle lacune de M : le texte original de la *vita Ia, en nous appuyant sur le récit de référence que procure la Vie rimée en anglo-normand, devait intégrer 1) l’évocation de miracles intervenus au lieu où était conservée la tête de saint Melar ; 2) le récit de la mort de Rivod (1 : En le pays u la teste seint Melor demorout /Mult merveillouses vengaunces sovent Dieu fesoit / Kar Qui ke uncks parjure o deit nul faus serment / Use de sa …………….de reverense, çoe sachez verreyment / Cil aragast hastivement e moreist sodeynement. —2 : Hom porta la teste, a devant Ryvaud la mist / E quaunt il la visout, une deverie le si prist / E le tiers jour aprés, savrez, occi….leis e le ….morust / Ki [trist]ur e dolours pur sa tresun resçust). Du premier épisode, T n’a rien gardé ; mais en 4i on y trouve rapporté le second (Delato in presentia Rivoldi capite martiris, tirannus caput sacrum tetigit, et tertia die infelici morte occubuit) tout comme dans C dont la première partie, en 1j, est un résumé de la *vita Ia. — D rapporte également la mort de Rivod (Rinodius, pavore maximo perculsus ac per hoc aegrotatus, tertia die utramque vitam perdidit).

[44] Chacune des neuf leçons découpées dans le texte C1 — découpage absent du texte C2 — est suivie de la formule Tu autem.

[45] Var. C2 : celebrantibus.

[46] Var. C2 ; martyrisatus.

[47] Var. C2 : Corialtus.

[48] Var. C2 : Rivaldo.

[49] La parenté avec le texte M — c’est à dire la dépendance à l’égard de la *vita Ia — de la première partie de C est patente, même si dans ce dernier texte le châtiment de la liquéfaction de la chair est infligé à Rivod et non à Kerialtan.

[50] La formule ut dignum erat est déjà en 1f (texte M).

[51] Lapsus dans C2 où manque multe inimicitie.

[52] Lapsus dans C2 où manque homines.

[53] Pour la bonne compréhension du texte il faut ajouter et Domnonigene qui manque dans C1 et dans C2. Domnonigena, ae construit sur le modèle classique indigena, ae se retrouve plus bas dans la lect. VIa .

[54] La mention d’un tel jeûne de trois jours se retrouve également dans la Vita Machutis (F. Lot, Mélanges d’histoire bretonne, p. 417, § 8), dans la translatio de saint Gildas (F. Lot, Mélanges d’histoire bretonne, p. 459, § 31), dans la vita de saint Lunaire (A. Carrée et B. Merdrignac, La Vie latine de saint Lunaire…, p. 153, § 21), dans celle de saint Viau (A. Oheix, dans Bulletin de la Société archéologique de Nantes, 1913, p. 82, § 4), dans la Vita IIIa Tudualis (A. de La Borderie, « Les Vies anciennes de saint Tudual », p. 107, § 21), dans la Vita Hoarvei (A. de La Borderie, « La Vie ancienne de saint Hervé », p. 270, § 30).

[55] Lapsus dans C2 où manque martyris.

[56] Var. C2  : gloriosissimum.

[57] Var. C2 : Arai.

[58] Var. C2 : Dononiam.

[59] Et sicut juraverunt, ita utrique populi fecerunt manque dans C2.

[i] Cum autem se retrouve plusieurs fois dans le texte M mais aussi dans P et T (*vita Ia ). Les textes D (*vita IIa ) et G emploient également autem toujours en seconde position, mais jamais après cum.

[60] La formule divina virtute regente est déjà en 1i (texte M).

[61] La formule pre gaudio ou prae gaudio est déjà en 1d (textes P et M).

[62] Lapsus dans C2 où manque eum.

[63] La formule sicut decebat est déjà en 1i (texte M).

[64] La formule eum honorifice sepelierunt est déjà en 1i (texte M).

[65] Postea vero se retrouve en 1e, 1i et 1h (texte M).

[66] Lapsus dans C2 où manque ibi.

[67] Var. C2 : haec.

[68] Nec postea ad bonam consuetudinem eum revocare potuerunt manque dans C2.

[69] Var. C2 : vetustate corruptus et obrutus et ad nihilum redactus.

[70] Lapsus dans C2 où manque in loco ubi.

[71] La lectio IXa de C1 porte idus martii qu’il faut évidemment rectifier en idus maii comme il est dit dans la lectio VIIa , comme l’a bien transcrit C2 (Pro prefato miraculo in ecclesiis ubi memoria sancti Melori agitur, festivitas ejus pridie idus maii annuatim celebratur) et comme l’attestent d’ailleurs toutes les pièces liturgiques.

[72] C2 se poursuit par le paragraphe suivant :

Prope fanum sancti [mot illisible] Meldensis est oratorium antiquum sancti Melori, ubi nunc est Domus Dei. Ubi singulis annis, die Cinerum, post abjectionem poenitentium ex ecclesia, episcopus et capitulum vadit ad processionnem ; ubi cantatur antiphona hic et vero martir, caputque sancti martyris apud Cagiensis in theca argentea.

(Traduction : A côté de l’église Saint-[mot illisible] de Meaux se trouve l’antique oratoire de saint Melar, où est maintenant l’Hôtel-Dieu ; ici chaque année le jour des Cendres, après l’expulsion des pénitents hors de la cathédrale, l’évêque et le chapitre viennent en procession et on y chante l’antienne hic et vero martir ; et la tête du saint martyr est conservée à Châge dans un reliquaire en argent).