CIRDoMoC
Centre International de Recherche et de Documentation sur le Monachisme Celtique

Categories

Accueil du site > Association > Historique

12 juillet 2011
Jean-Yves Le Moing

Historique

Préludes

Au début des années 1980 à Daoulas, Jean-Luc Deuffic lance la revue Britannia Christiana, avec la collaboration de l’abbaye Saint-Guénolé de Landévennec (mention figurant sur chaque numéro). Au printemps 1985, à l’occasion du xve centenaire de l’abbaye de Landévennec, paraissent plusieurs numéros consacrés à l’abbaye et rassemblés dans un dossier.

1985 sera l’année des fêtes du xve centenaire de l’abbaye. Cette année-là paraît un livre de 320 pages chez Ouest-France, intitulé L’abbaye de Landévennec de saint Guénolé à nos jours, l’œuvre de Marc Simon pour la première partie (175 pages), avec pour la seconde partie l’aide de Annie Bardel, Roger Barrié, Yves-Pascal Castel, Jean-Luc Deuffic, Auguste Dizerbo, Job an Irien et Bernard Tanguy.

En 1985 également se tient à l’abbaye de Daoulas à partir du 15 mai une très belle exposition sur Landévennec, dont le prolongement sera l’ouverture du musée de site dans l’ancienne abbaye de Landévennec le 15 juin 1990. On retrouve dans le catalogue de 120 pages de l’exposition, intitulé Landevenneg : Aux origines de la Bretagne, les mêmes contributeurs, ainsi que plusieurs autres, comme Léon Fleuriot qui écrit la préface et auquel les organisateurs de l’exposition expriment leur gratitude pour leur avoir permis par ses travaux de leur faire découvrir une nouvelle histoire de la Bretagne.

Un colloque scientifique va aussi se tenir à l’abbaye de Landévennec du 25 au 27 avril 1985 : dès 1982 un comité de préparation se met en place à l’initiative du père Marc Simon, avec Jean-Luc Deuffic, Léon Fleuriot, Job an Irien, François Kerlouégan, Louis Lemoine, Bernard Merdrignac et Pierre Riché pour l’organisation du colloque qui aura pour thème Landévennec et le monachisme breton dans le haut Moyen Âge. Celui-ci sera l’occasion de nombreuses rencontres entre chercheurs, universitaires ou non ; les prémices d’une association commencent à se dessiner pour donner suite au colloque, avec des échanges informels, surtout entre les membres du comité. Le catalogue de l’exposition et les actes du colloque sont publiés avec la mention Association Landévennec 485-1985.

Dans les actes du colloque imprimés début 1986, Jean-Luc Deuffic est présenté comme Directeur de la publication Britannia Christania - Directeur du Centre International de Recherches sur le Monachisme Celtique (abbaye de Daoulas). C’est en effet sous son impulsion que va naître le projet d’établir, dans les locaux de l’abbaye de Daoulas (devenue propriété du Conseil Général du Finistère en 1984), un centre géré par une association type Loi de 1901 offrant dans un cadre propice des facilités de logement et d’étude, et profitant des richesses de la bibliothèque de Landévennec. Le centre devra avoir un permanent, chargé entre autres de tenir la bibliographie à jour : le « noyau dur » de la bibliothèque étant constitué par des copies de tous les manuscrits bretons connus fournis par l’ I.R.H.T. ; cela permettra des recherches à des étudiants ou à des érudits ne pouvant se rendre à Paris. Il est prévu également d’organiser des colloques pour prolonger l’action culturelle de l’Abbaye de Landévennec.

Le 14 juin 1986 se tient au domicile de Pierre Riché à Paris une réunion à laquelle vont participer MM. Riché, Fleuriot, Kerlouégan, Deuffic, Le Duc ; excusés : D. Dumville et J. an Irien. Les participants décident de créer une association et de lui donner le nom de CIRDoMoC (Centre International de Recherche et de Documentation sur le Monachisme Celtique). Ils prévoient de se retrouver à l’abbaye de Daoulas le 26 juillet suivant ; mais seuls quatre personnes y viennent : P. Riché, J. an Irien, J.-L. Deuffic et le P. Marc, un flottement qui montre que le projet n’est pas encore bien concrétisé. Une nouvelle réunion est programmée pour le 11 juin 1987 à Paris chez P. Riché.

Malheureusement, 1987 voit le décès de Léon Fleuriot le 15 mars. Et, après divers projets initiaux prometteurs (musée, musée de moulages, centre de conférences, réserve de produits de fouilles archéologiques, etc. ), le Conseil Général du Finistère décide que l’Abbaye de Daoulas sera réservée à des opérations plus rentables et plus prestigieuses ; Jean-Luc Deuffic abandonne alors son rôle de cheville ouvrière du projet pour partir vers d’autres activités.

Création

Mais l’idée de créer une association n’est pas abandonnée, et l’abbaye de Landévennec accepte d’héberger les colloques à venir. À la réunion du 11 juin, il n’y aura que le père Marc et Job an Irien chez Pierre Riché. Refusant un constat d’échec, ils vont pousser P. Riché à prendre l’initiative et à activer réellement le projet ; sur le champ, Pierre Riché téléphone à Louis Lemoine pour qu’il organise une réunion le 3 octobre 1987 à Landévennec : s’y retrouvent P. Riché, J. an Irien, Gw. Le Duc, P. Marc, F. Kerlouégan, L. Lemoine, B. Merdrignac et Roger Lars, maire de Landévennec ; l’association se met au travail, formant l’ébauche d’un bureau, dont le président est désormais Pierre Riché, et le secrétaire Gwenaël Le Duc.

Une nouvelle réunion se tient dans un restaurant de Saint-Brieuc le 19 décembre 1987 ; y participent J. an Irien, P. Marc, Gw. Le Duc, L. Lemoine, P. Riché, F. Kerlouégan, B. Merdrignac. Lors de cette réunion, le titre de la future publication du centre est défini : ce sera Britannia Monastica.

Pour que l’association se mette réellement en marche, il ne manque plus que la déclaration officielle, ce qui sera fait à la sous-préfecture de Châteaulin en janvier ou début février 1988 et publié au journal officiel le 10 février 1988. Une réunion de bureau se tient le 19 mars 1988 à Saint-Brieuc avec J. an Irien, P. Marc, B. Merdrignac et Gw. Le Duc (les autres membres étant excusés).

Puis, sous l’impulsion de Gwenaël Le Duc commencent les activités, désormais régulières, avec une première journée d’étude le 9 juillet 1988 à l’abbaye de Landévennec, qui va comporter quatre exposés sur le thème : Irlandais et Bretons dans l’Europe du haut Moyen Age (ve - xie siècle).

L’association est désormais en route, atteignant 142 membres dès 1992, en grande partie grâce au travail efficace de Gwénaël Le Duc.

Une centaine d’exposés ont été faits durant les journées d’étude de juillet à Landévennec, dont plus de la moitié ont été publiés dans la revue Britannia Monastica.

Le 6 juillet 2002 est prise la décision de créer un site Internet pour l’association, il existera deux semaines plus tard.